vendredi 13 mars 2015

Zadiste




Le mot du jour, c'est "zadisme".

Un terme utilisé par les journalistes pour désigner les activistes qui se déploient sur une zone amenée à recevoir un aménagement (aéroport, barrage) afin d'annuler le projet et protéger le lieu.

Le mot est né en 2012, suite au projet de construction de l'aéroport de Notre Dame des Landes, pas loin de Nantes, dans une ZAD, Zone d'Aménagement Différé. En gros, une zone où un projet d'aménagement public est prévu, et où l'Etat s'aroge le droit d'acquérir les terrains et tout ce qui se trouve dessus afin d'éviter toute spéculation et s'assurer de pouvoir mener le projet à bien.

Les opposants au projet de ZAD à Notre Dame des Landes ont détourné l'acronyme ZAD en "Zone à défendre" et se sont installés sur place, décidés à empêcher la construction. Ils se sont alors eux-mêmes nommés les "zadistes", terme qui a été repris ensuite par les journalistes venus faire des reportages sur place.

Ce mot est donc apparu tout naturellement avec un mouvement de rebellion, et s'est propagé à chaque fois qu'un projet de ce type a conduit un groupe de militants à s'y opposer, se rassemblant tous derrière l'étiquette de zadistes, facilement reconnaissable et identifiable pour les journalistes (c'est un peu de la "communication").

"Zadiste" n'est pas le seul terme formé à partir d'un acronyme. Il existe aussi énarque, cégétiste, smicard, rmiste, capésien, cébiste...La formation de ces mots est aléatoire, et dépend surtout de la sonorité, percutante ou non.


Réactions :

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire